L’intelligence artificielle, un nouvel eldorado, mais pas pour tous !


Il y a les pionniers, les engagés, les expérimentateurs et les suiveurs ! Tels sont les quatre profils d’entreprises dressés par le MIT (Massachusetts Institute of Technology) en termes de vision face au déploiement de l’intelligence artificielle. Une typologie explorée par l’étude prospective IAHDF (Intelligence Artificielle Hauts-de-France) dont les résultats ont été dévoilés le 17 septembre 2019. Quels seront les impacts de l’IA sur les emplois, les compétences et les différents secteurs d’activités à l'horizon 2030 ? Peut-on considérer l’IA comme un nouvel eldorado de croissance ou est-ce un nouvel artifice qui porte bien son nom ? Une chose est sûre, l’IA, on n’y coupera pas, mais il n’y en aura pas pour tout le monde !

Vous avez aimé la révolution numérique ? Vous allez adorer la disruption de l’IA !

Je pourrais presque recycler, à propos de l'IA, ma citation fétiche de 2013 en introduction de mon livre "les outils de la communication digitale" qui disait que « ceux qui n’intègrent pas la culture digitale aujourd’hui seront les analphabètes de demain ». L’IA, comme toute innovation, est à la fois une menace et une opportunité. Une menace pour ceux qui ne la saisissent pas, une opportunité pour ceux qui sauront en tirer profit. Si nous nous familiarisons de plus en plus avec l’intelligence artificielle à travers nos objets du quotidien (smartphones, voitures intelligentes, assistants vocaux, robots ménagers…) et les services en ligne (chatbots, assistants numériques…), peu d’entre nous savent manipuler les algorithmes ou faire joujou avec le deep learning. Et c’est là que le bât blesse !

Rien que pour le territoire Hauts-de-France, le besoin est estimé à 4200 postes d’experts IA d’ici 2023. Soit l’équivalent de 80% du nombre de chercheurs sur l’IA répertoriés sur l’ensemble du territoire national aujourd’hui. Si bien même, nous arrivons à réaliser l’exploit de former autant d’experts, encore faut-il trouver le moyen de les retenir tous dans notre giron. Car la concurrence internationale est rude, à commencer par nos voisins anglais qui sont prêts à déployer tous les moyens de séduction pour attirer nos talents. Autrement dit, aussi bien en formation qu’en montée en compétences, les besoins dépassent largement les offres d’enseignements existants aujourd’hui. Ce qui représente également un eldorado pour les organismes de formation qui sauront surfer sur la vague de l’IA dans un contexte de réforme douloureux pour bon nombre d’entre eux.

Quelle stratégie adopter face au déploiement de l'intelligence artificielle ?

Selon l’étude prospective IAHDF, ce sont les emplois les plus spécialisés et les plus répétitifs qui seront impactés à l’horizon 2030. Il y a donc urgence pour les nombreux secteurs pointés par les analystes. Selon eux, les entreprises impactées n’ont que quatre ans de sursis pour réinventer leurs activités. C’est-à-dire à l’horizon 2023, année où l’on estime une arrivée à maturité pour de nombreuses applications de l’IA encore en gestation aujourd’hui.

Finalement, dans un monde déjà bouleversé par le digital, le déploiement de l’intelligence artificielle va certainement créer de nouvelles inégalités. Des inégalités entre individus, entre entreprises, entre régions, mais aussi entre les États. Pour anticiper ces inégalités, Opcalia, le Medef Lille Métropole, le Ministère du Travail (DGEFP), la Direccte et la Région Hauts-de-France, signataires de l’Edec (engagement pour le développement de l’emploi et des compétences) ont montré la voie en annonçant, le 17 septembre 2019, leur plan d’actions pilote. Leur stratégie tient en 3 axes majeurs : la formation, l’accompagnement d’entreprises candidates pour intégrer l’IA dans leurs activités et l’animation d’un réseau d’acteurs à travers La Cité de l’IA, premier lieu dédié à l’intelligence artificielle en France et qui a élu domicile au Campus Entreprises & Cités de Marcq-en-Baroeul.

Pour télécharger l’étude prospective IAHDF, la brochure de synthèse, en savoir plus sur la Cité de l’IA et sur les dispositifs d’accompagnement offerts : www.iahdf.org

2020 © Habib Oualidi by Kayak Communication